Festival Visages des Orgues


 L'orgue prend ses quartiers d'été à Nantes avec le Festival Visages des Orgues organisé par Musique Sacrée à la Cathédrale de Nantes en partenariat avec le Passage Sainte Croix. Cette édition 2019 célèbre les 400 ans du grand-orgue de la Cathédrale de Nantes. Anniversaire oblige, le plus beau cadeau que l'ont peut faire au roi des instruments est de lui offrir les artistes exceptionnels de Visages des Orgues. Chaque mercredi des organistes de renommée internationale viennent partager avec le public du Passage Sainte Croix la musique qui les anime et vous dévoilent tous les mystères de l'orgue. A 17h retrouvez ensuite les artistes à la Cathédrale de Nantes sur l'un des deux magnifiques orgues pour leur récital virtuose parcourant tout le répertoire ! De la musique médiévale à la musique contemporaine, en solo ou en duo, l'orgue révèle ses différents visages tout l'été grâce à des programmes thématiques passionnants.

Rencontres et concerts à entrée libre dans la limite des places disponibles. 

15h30 / rencontre musicale avec l’artiste au Passage Sainte Croix

17h00 / récital à la Cathédrale

 

Télécharger
Flyer Visages des Orgues 2019
FLYER VDO2019.pdf
Document Adobe Acrobat 504.7 KB

Les Récitals 2019

Mercredi 10 juillet 2019

 « Alter Organo »

Gaëlle Coulon (organetto) et Mickaël Durand (grand-orgue)
Paul Hofhaimer (1459-1537) : Salve Regina

Blanche de Castille (1188-1252): Chanson à la Vierge

Michaël Radulescu (né en 1943) : Organa (premier mouvement des « Ricercari »)

Estampie Royale (XIIIème)

Michaël Radulescu : Estampie (Final de Ricercare)

J.S Bach (1685-1750) : Choral « Von Gott, will ich nicht lassen »

E. Du Caurroy (1549-1609): variations sur Une jeune Fillette

Gaëlle Coulon : Estampe (sur Une jeune fillette)

Jehan Titelouze (1563-1633) : Ave Maris Stella

Stella splendens extrait du livre vermeil de Montserrat (XIVèmme)

Jean Langlais (1907-1991): Suite médiévale (Prélude)

Lamento de Tristan- Rotta (XIVème)

Hildegard von Bingen (1098-1179) : extrait de l'Ordo Virtutum

Jean Langlais : Acclamations carolingiennes (Final de la suite médiévale)

 

Gaëlle Coulon a débuté le piano et l'orgue à l'Ecole Nationale de Musique de l'Aveyron.

Elle poursuit ses études supérieures à Toulouse, notamment dans la classe d'orgue du Conservatoire, auprès de Stéphane Bois et Michel Bouvard, où elle obtient le DEM d'orgue Mention Très Bien à l'unanimité en 2008.

Parallèlement, elle se spécialise en musique ancienne qu'elle étudie à Toulouse, puis à Rennes et Utrecht (Pays-Bas), et obtient le DEM de clavecin en 2010 au Conservatoire de Rennes. Elle poursuit ensuite des études supérieures au CESMD de Poitiers où elle reçoit l'enseignement de Pascal Dubreuil et Dominique Ferran. Elle obtient le DNSPM de Musique Ancienne et le Diplôme d'Etat de Clavecin en 2012. Gaëlle Coulon est aujourd'hui organiste à Nantes ; elle enseigne aux Conservatoires de Nantes et de la Roche-sur-Yon.

 

Diplômé du conservatoire national supérieur de musique de Paris en orgue (2001), en basse-continue (2002) et en pédagogie (Certificat d’aptitude en 2007), Mickaël Durand s’est perfectionné auprès de Wolfgang Zerer à Hambourg et s’est vu récompensé du diplôme de « Konzertexam » en 2005. Il est également claveciniste, instrument qu'il a perfectionné auprès de Bob van Asperen au conservatoire d'Amsterdam après avoir obtenu le DEM dans la classe d’Elisabeth Joyé à Paris. Il a également étudié la viole de gambe auprès de Florence Bolton, Matthieu Lusson et Marion Middenway et vient d'obtenir son DEM au Conservatoire de Nantes. Il joue régulièrement en duo avec différents instrumentistes et chanteurs et forme un duo à quatre mains avec sa femme Gaëlle Coulon. Il est invité régulièrement à collaborer avec l'ONPL comme en 2015 sur l'opéra « Die Tote Stadt » de Korngold et en 2016 dans la symphonie alpestre de Strauss au cours de la Folle Journée. Professeur d’orgue au Conservatoire d’Alençon, il a été nommé organiste titulaire des orgues de la Cathédrale de Nantes et accompagnateur de la Maîtrise en 2012. En contrepoint à son parcours d'instrumentiste, il pratique le chant (Ténor) et a collaboré à de nombreux projets en tant que choriste et soliste.


Mercredi 17 juillet 2019

« Voyage à travers les siècles »

Marie-Thérèse Jehan

Jehan Titelouze, Creator alme siderum

Nicolas de Grigny, Veni creator

- Veni creator en taille

- Fugue à 5

- Dialogue sur les grands jeux

Johann Sebastian Bach, Choral « Liebster Jesu » BWV 633 et Choral « Komm Gott, schöpfer, Heiliger Geist »

César Franck, 3ème choral

Maurice Duruflé, Prélude, adadgio et choral varié sur le Veni creator

Félix Moreau, Fantaisie paraphrase « pour la Fête de tous les Saints »

Jehan Alain, Litanies

 

 

 

Marie-Thérèse Jehan, organiste de formation, après des études de piano, devient à 13 ans, organiste de sa paroisse Sainte Anne de Saint-Nazaire.

Elève de l’organiste-compositeur Félix Moreau, titulaire honoraire du Grand Orgue de la Cathédrale de Nantes et disciple de Maurice Duruflé. Titulaire du prix Roger Ducasse et de celui du Concours Graven, elle étudie l’écriture musicale dans la classe de Paulette Ladmirault, puis avec Mr et Mme Lantier à Paris. Elle travaille l’improvisation avec Pierre Cochereau. Elle rentre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe d’orgue de Rolande Falcinelli, où elle obtient un Premier Prix. On lui attribue le prix de la Vocation (promotion Marcel Pagnol).

Titulaire du certificat d’aptitude, elle devient professeur de la classe d’orgue du CRD de Saint-Nazaire. D’abord organiste à Saint Clément de Nantes, elle est ensuite nommée titulaire du Grand Orgue de la Cathédrale de Nantes à Pâques 2002 par Monseigneur Soubrier. Elle devient accompagnatrice de l’Atelier choral régional des Pays de la Loire, dirigé par Jenö Rehak, alors directeur du CNR de Nantes.

 

Elle est invitée à donner des récitals en France, Angleterre, Hollande, Allemagne, Autriche, Hongrie, Italie. Soliste à Radio-France, elle est Présidente fondatrice de l’association Hymnal. Elle est promue chevalier des Arts et Lettres. Ses enregistrements contribuent à mieux faire connaître les œuvres d’Augustin Barié, René Vierne, Adolphe Marty et Félix Moreau.


Mercredi 24 juillet 2019

"Paysages dansés"

Lucie BERTHOMIER, harpe

Louis-Noël BESTION DE CAMBOULAS, orgue

Jean-Philippe Rameau (1683-1764), Suite de danses

Claude-Achille Debussy (1862-1918), Danse sacrée et danse profane

Johann-Jakob Froberger (1616-1667), Tombeau de Mr Blanrocher

Dietrich Buxtehude (1637-1707), Praeludium in G

Philippe Hersant (né en 1948), Bamyan pour harpe

Jehan Alain (1911-1940), Le Jardin Suspendu

Aram Katchaturian (1903-1978), Oriental danse

Maurice Ravel (1875-1937), Ma mère l’oie (extraits)

 

Louis-Noël Bestion de Camboulas étudie l’orgue, le clavecin, la musique de chambre et la direction, aux conservatoires supérieurs de Lyon et Paris. Il reçoit notamment l’enseignement de Louis Robilliard, Jan-Willem Jansen, Michel Bourcier, Nicolas Brochot, François Espinasse, Yves Rechsteiner, Olivier Baumont et Blandine Rannou. Il est lauréat de plusieurs concours internationaux : « Grand-Prix d’Orgue Jean-Louis Florentz Académie des Beaux-Arts », puis premier prix décerné à l’unanimité du « Concours Gottfried Silbermann » de Freiberg (Allemagne), second prix du concours de Saint-Maurice (Suisse). En 2013 il reçoit le premier prix du prestigieux concours « Xavier Darasse » de Toulouse et devient ainsi « echo-organist of the year ». Louis-Noël se produit en récital à travers l’Europe (Paris La Madeleine, Auditorium de Radio-France, Toulouse Les Orgues, Cathédrale de Berlin, Alkmaar, Suisse, Italie, Festival de Monaco…). En soliste il a déjà sorti deux disques : « Bach and Friends » à l’orgue et au clavecin dans le label Ambronay Editions, et « Visages impressionnistes » dans le label LigiaDigital, couronné d’un Choc de Classica. Il dirige l’ensemble Les Surprises, spécialisé dans le répertoire vocal et instrumental des XVIIeet XVIIIesiècles. Les Surprises est « ensemble associé au label Ambronay Editions » (quatre disques parus et un à paraître en 2019) et « ensemble en résidence au festival baroque de Pontoise ». Louis-Noël se produit avec celui-ci en France, Belgique, Allemagne, Italie, Canada, Palestine… Il a également travaillé auprès des chefs tels que Hervé Niquet, Arie Van Beck, Roberto Forés-Veses. Pour son travail de recherche sur ces les compositeurs François Rebel et François Francœur, il a été lauréat de la Bourse déclics jeunesde la Fondation de France. Il dirige en 2018 la recréation mondiale de l’opéra Issé d’André Cardinal Destouches à l’opéra Royal de Versailles, à l’opéra de Montpellier, à l’opéra de Malte, ainsi que dans divers festivals (Festival de Saintes, Sinfonia en Périgord, Ambronay…) Louis-Noël Bestion de Camboulas termine actuellement sa résidence à la Fondation Royaumont en tant qu’organiste sur l’orgue Cavaillé-Coll de l’Abbaye.

 

 

Lucie Berthomier entre en 2009 dans la classe de harpe du CNSMD de Lyon auprès de F. Pierre, S. Blassel et P. Stickney (harpe jazz). Elle obtient son Master en juin 2014 avec la mention très bien à l'unanimité et les félicitations du jury. Lors de son cursus au CNSMD de Lyon, Lucie découvre l'ethnomusicologie et plus particulièrement la musique mandingue. Elle décide alors d'entreprendre un voyage d'études au Mali en vue de la rédaction d'un mémoire de recherche. Lucie est lauréate de plusieurs concours internationaux (Concours International de Tournai, Concours de Nice). Elle a par ailleurs eu la chance de participer à l'Orchestre Français des Jeunes et au Gustav Mahler Jungendorchester. Elle est fréquemment appelée à jouer au sein d'orchestres professionnels, tels que l'Orchestre de l'Opéra de Lyon, l'Orchestre philharmonique de Strasbourg, l'Orchestre National du Luxembourg, l'Orchestre des Siècles… Passionnée par la pratique collective, Lucie est harpiste depuis 2014 au sein de l'ensemble Carpe Diem et du duo flûte et harpe Fantasia. Désireuse de créer de nouveaux liens entre littérature et musique, elle prend part en 2012 à la création de l'Ensemble AnderScènes. Lucie s'intéresse également aux moyens de transmettre la harpe et est actuellement en professeur au CRD de Saint Nazaire.

 

 

 


Mercredi 31 juillet 2019

Des pieds et des mains ! 

Julien LUCQUIAUD et Jorris SAUQUET 

Eugène GIGOUT (1844-1925)  Grand choeur dialogué 

Julien LUCQUIAUD (né en 1983)  Improvisation sur Dies Irae

Camille SAINT-SAËNS (1835-1921)  Danse macabre

Francis POULENC (1899-1963)

Suite française d'après Claude Gervaise (extraits) Bransle de Bourgogne - Pavane - Petite marche militaire - Complainte 

Julien BRET (né en 1974)  Sonate parisienne

[Allegro] – Andante – Valse

Georges BIZET (1838-1875) Fantaisie d'après Carmen 

transcription d'E-H Lemare

Julien LUCQUIAUD (né en 1983)  Improvisation sur un thème de Mozart 

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791) Ouverture de La flûte enchantée 

Tanscription pour orgue à 4 mains de E.M. Fagiani 

 

La vie musicale de Jorris Sauquet commmence dans les rangs de la maîtrise de N-D de Royan où naît sa passion pour le chant puis pour l'orgue. Il obtient au conservatoire national de région de Boulogne-Billancourt un premier prix d’orgue dans la classe de Pierre Farago et ceux, à l’unanimité du jury, de clavecin et basse continue. Il parfait sa formation lors d'académies avec Marie-Claire Alain, Guy Bovet ou encore Loïc Mallié. Au concours Marcel Dupré de Chartres, il obtient une licence d’interprétation et de virtuosité, récompense suprême de ce concours. L'organiste concertiste : en récital, duo, trio ... avec choeur ou orchestre, il se produit sur de nombreux orgues : cathédrales de Poitiers, Amiens, Monaco, Le Havre, La Rochelle, Saintes, Eglises de La Madeleine, St Etienne du Mont, de St Antoine l'Abbaye, Collégiale d'Eu, abbatiale de guîtres... Principalement en France mais également dans toute l'Europe et aux Etats-Unis. L'organiste liturgique : Titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll de Notre-Dame du Rosaire dans le 14ème arrondissement de Paris, Jorris Sauquet est également organiste assistant à St Louis en l'Ile, Notre-Dame des Victoires et à l'orgue de choeur de St Eustache. Le claveciniste : Il pratique l'art du continuo au sein de plusieurs ensembles vocaux. On le retrouve régulièrement depuis 2005 (quelques 200 représentations!) sur la scène de la salle Richelieu et en tournée (en Europe et en Asie à Séoul, Pékin et Taïpeï) avec la Comédie Française . 

Julien Lucquiaud a débuté ses études d’orgue au conservatoire de Cognac avec Donna Autula. Il a étudié ensuite à Angoulême dans la classe d’Olivier Grodecoeur puis de Frédéric Ledroit, avant d’obtenir en 2005 un premier prix d’orgue au conservatoire de Tours dans la classe d’Olivier Vernet. Il se perfectionne ensuite auprès de Pierre Farago (successeur d’André Isoir) au CNR de Boulogne-Billancourt et obtient un premier prix en 2007. Titulaire d’une maitrise de musicologie, Julien Lucquiaud mène une double carrière de professeur de musique et d’organiste- concertiste. Il s’est produit en concert à Saintes, Royan, Cognac, La Rochelle, Tours, Le Havre, Reims, Roquevaire, Paris et à la Chapelle Royale de Versailles en tant que soliste mais aussi en tant qu’accompagnateur. Il est depuis 2001, titulaire de l’orgue du Sacré- Cœur de Cognac et depuis décembre 2016 de l’orgue Merklin de l’église St Dominique à Paris. Il a suivi des cours d'improvisation au conservatoire de Saint Maur des Fossés dans la classe de Pierre Pincemaille (organiste de la Cathédrale St Denis) et a obtenu en 2013 un premier prix mention très bien à l'unanimité avec les félicitations du jury.


Mercredi 7 août 2019

"La tête dans les étoiles, les trois visages de l'orgue de la cathédrale de Nantes"

Jean-Christophe Revel

Le visage Baroque

N. de Grigny (1672-1703): Ave Maris stella

Plein-jeu, fugue, duo, dialogue sur les grands jeux

D.Buxtehude (1637-1707): Wie schön leuchtet der morgenstern BuxWV 223

Le visage contemporain

E. Canat de Chizy (1960): Vega

Le visage classique

M. Corrette (1707-1795): Les Amants enchantés,Les étoiles(extrait du premier livre de clavecin)

Le visage romantique

A.P.F. Boëly (1785-1858): Trois cantiques de Denizot

D'où vient qu'en cette nuitée, Réveillez vous pastoureaux, Le vermeil du soleil

Th. Dubois (1837-1924): Marche des Rois

Le visage contemporain

R. Campo (1968): La Lune, Venus, Jupiter (extraits de Harmonices Mundi en avant-première de la création française)

Le visage Baroque

J.S.Bach (1685-1750): Pièce en Sol M BWV 572(Vitement, Gravement, très lentement)

orgue et récitant: Jean-Christophe Revel

Textes de Pierre Bergounioux, Philippe Jacottet, Jacques Prévert, Jean-Christophe Revel

 

 

Jean-Christophe Revel découvre l’orgue auprès de Jean-Marie Meignien et plus particulièrement l’orgue ancien. C’est peut-être pour cela qu’il ne cesse depuis lors de mettre en perspective musique et histoire, musiques anciennes et œuvres de notre temps, et qu’il entreprend depuis dix ans un travail sur la transmission des répertoires et des pratiques musicales au fil des temps. L’écrivaine France David écrit d’ailleurs à son sujet  qu’il « découvre l’orgue à l’issue de sa mue, noyant sans doute dans les sonorités inouïes du bel instrument d’hier sa nostalgie de l¹innocence et de l’enfance envolée... ». Il se perfectionne auprès d’Odile Bailleux. Ses études sont ainsi couronnées par un premier prix d’orgue et de perfectionnement avec une spécialisation en musique ancienne. Sous la direction de Georgie Durosoir, il consacre sa maîtrise à la tablature de B. Schmidt Le Jeune (1607). Sa rencontre avec Jean Boyer et Jean-Charles Ablitzer est également déterminante. Concertiste apprécié de ses pairs, Jean-Christophe Revel joue auprès de James Bowman, Josep Cabré, Marcel Pérès, Eugène Green... ainsi qu’avec différents ensembles. Curieux de tous les genres musicaux, il travaille aussi bien dans les domaines de la musique ancienne que dans ceux de la musique d’aujourd’hui auprès de nombreux compositeurs tels que  J. Lenot, E. Tanguy, R. Campo, B. Pauset, E. Canat de Chizy, G. Pesson, A. Markéas et B. Mantovani. Ses enregistrements discographiques sont régulièrement salués par la critique nationale et européenne (5 diapasons, 9 de Répertoire, 4 étoiles du Monde de la musique…). Il est régulièrement invité dans de nombreux festivals, en France comme à l’étranger, et a été enregistré pour France Musique et pour la télévision. Titulaire du certificat d’aptitude de musique ancienne, il enseigne au Conservatoire National de Région d’Annecy-Pays de Savoie et dirige le festival Claviers en Pays d’Auch, où il est titulaire du magnifique instrument Jean de Joyeuse de la cathédrale Sainte-Marie.


Mercredi 14 août 2019

"Soleils et lunes".

Michel Bourcier

Vivaldi-Bach : concerto en re mineur

Le Dreau : Retour au désert 

Buxtehude : Passacaille en ré mineur

Connaisson : Célébration de la Lumière 

Vierne : Clair de lune, Hymne au soleil, Final d'une symphonie

 

Ses études musicales achevées aux Conservatoires de Nantes et d'Angers puis au CNSMD de Paris, Michel Bourcier oriente ses activités dans les directions multiples de l’interprétation, de l’analyse musicale, de la pédagogie (orgue et analyse musicale) et de la liturgie. Après avoir tenu quinze années les claviers de l'orgue historique de Notre-Dame de Bon Port à Nantes, il est nommé en 2007 titulaire de l'orgue de la Cathédrale de Nantes. Professeur d’orgue au Conservatoire de Nantes, il poursuit parallèlement une activité de concertiste tant en récital qu'avec des chœurs ou des solistes. Il s'est ainsi produit avec l’Ensemble Vocal de Nantes, l’ensemble baroque Stradivaria, l’Orchestre National des Pays de Loire, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’ensemble vocal Les Éléments de Toulouse et le chœur de Radio-France. Son attrait pour la musique d’aujourd’hui l’a amené à collaborer avec plusieurs compositeurs actuels : jouant ou créant des œuvres de Jacques Lenot, Christophe Looten et Valéry Aubertin, il a été aussi le premier interprète de l'œuvre d’orgue de Jean-Louis Florentz, dont il a créé les deux premières œuvres - Laudes et Debout sur le soleil (qui lui est dédié) -, et auquel il a consacré une volumineuse étude (Jean-Louis Florentz et l’orgue), récemment parue aux éditions Symétrie. Michel Bourcier a été par ailleurs l'initiateur de la fondation collégiale de l’Ensemble Utopik, ensemble instrumental à géométrie variable basé à Nantes, qu’il dirige et dont la vocation vise la diffusion du répertoire pour ensemble instrumental des XXe et XXIe siècles.


Mercredi 21 août 2019

Esther Assuied

Sur le Grand-Orgue : 

Wagner – Prélude de Tristan et Isolde

 

Sur l'orgue de choeur :

Grieg - Peer Gynt Suite

-  Matin

- la mort d'Ase

- la danse d'Anitra

- dans l'Antre du Roi de la Montagne

 

Sur le Grand-Orgue : 

Wagner - Chœur des Pèlerins

Schubert - Variations du quatuor la Jeune Fille et la Mort

Dupré - Cortège et Litanie

 

 

Esther Assuied étudie d’abord le piano auprès de Raymond Alessandrini et Brigitte Bouthinon-Dumas avant d’être admise à l’unanimité, à 14 ans, au CNSM de Paris ; elle y obtient son Master après y avoir travaillé successivement auprès de Michel Béroff, Frank Braley et Michel Dalberto. Elle remporte de nombreux concours internationaux depuis l’âge de sept ans (Arcachon en 2004 et 2005, Vulaines en 2005 et 2006, Flame en 2007) et participe très régulièrement à des stages et master classes. En 2014, elle est sélectionnée parmi 1040 candidats pour être dans les 32 participants au concours Horowitz de Kiev (le concours n’a pas eu lien en raison des difficultés politiques de l’Ukraine). Elle est également lauréate du concours Piano Campus et fut la seule française sélectionnée à l’édition 2013 du concours de Lagny-sur-Marne. Grand Prix d’Honneur du concours Bellan 2013, elle est boursière de l’académie du Cap-Ferret et est invitée à donner plusieurs concerts. Elle suit parallèlement l’enseignement d’Olivier Cazal et de Fabio Bidini. Elle se produit en concert, seule ou avec orchestre (Concertos de Bach, Petrouchka de Stravinsky, Appalachian Spring de Copland). Elle participe à plusieurs créations et se produit dans le cadre de festivals de renommée internationale (festival de musique de chambre de Giverny, Piano Campus, Annecy Classic Festival). Elle s’intéresse ensuite aux autres instruments à claviers et intègre à l’unanimité en 2016 la classe de pianoforte de Patrick Cohen au CNSM de Paris. Elle étudie également le clavecin auprès de Françoise Marmin et d’Elisabeth Joyé ; elle a une régulière activité de continuiste. Elle débute l’orgue en 2014 auprès de Philippe Brandeis ; à partir de 2015, elle décide de s’y consacrer et débute une carrière parallèle qui la mène à donner des concerts partout en France. Elle étudie cet instrument auprès de Paul Goussot et Christophe Mantoux. Elle obtient dans la classe de ce dernier son DEM à l’unanimité avec les félicitations du jury en 2016 puis son prix de Perfectionnement en 2018, avec la même mention. En 2019, elle intègre à l’unanimité la classe d’orgue d’Olivier Latry et Michel Bouvard au CNSM de Paris. Très intéressée par la transcription à l’orgue, elle a plusieurs cycles de transcriptions à son actif qu’elle donne régulièrement en concert. Elle prépare actuellement un enregistrement de sa transcription à l’orgue de l’intégrale des préludes de Debussy. Elle se destine également à la littérature.


Mercredi 28 août 2019

« Influences »

Thomas Pellerin

Rachmaninov, Prélude en ut# mineur (transcription, Louis Vierne) 

Bach-Vivaldi, Concerto in d Allegro-Grave- Fuge-Largo e spiccato-Allegro

Liszt, Orpheus, Transcription pour orgue de Louis Robilliard

Mendelsohn, Sonata VI Choral et variations-Fuga-Finale

Bach, Sinfonia extraite de la cantate BWV 29 Transcription pour orgue de Marcel Dupré 

 

Originaire d’Angoulême, Thomas Pellerin travaille l’orgue avec Frédéric Ledroit, Olivier Vernet, Jean-Luc Etienne, Eric Lebrun et Johann Vexo. Il étudie parallèlement le clavecin avec Françoise Marmin à Angers. En 2009, il est admis au CNSMD de Lyon dans les classes d’orgue et basse continue où il reçoit les enseignements de François Espinasse, Liesbeth Schlumberger et Yves Rechsteiner. Il est Lauréat du grand prix Jean-Sébastien Bach de la ville de Saint Pierre les Nemours (2007), du concours international d’orgue renaissance de Saint-Julien-du-Sault (2013), du concours Joseph Bossard de Bellelay (2013) (Suisse), ainsi que du tremplin d’orgue de la ville de Bolbec (2013) . Thomas Pellerin est organiste titulaire des orgues de la Cathédrale d'Angers et est professuer d' orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de cette même ville. A l’origine du projet de construction de l’orgue de style italien de l’église St Cybard de Pranzac en Charente, il est le fondateur et directeur artistique du Festival « Au Gré des Arts ».